NOMMO

Données Astronomiques : De Sirius B.

Apparence Physique : AMPHIBIEN

Renseignements sur le dossier :

  • Témoins : Document SEALS (sur le Web),
  • Témoins : Robert Temple, Carl Sagan.

Fiabilité : Bonne

Sources : l’article ci-joint.

 

Nommo :

Le Nommo est le nom que les gens de la tribu Dogon, au Mali, donnent à une race d’amphibien (dit être moitié homme, moitié poisson) des visiteurs aliènes de Sirius .

Il y a de fortes similitudes avec les babyloniens Oannes, dieu de l’eau qui a été dit aussi être moitié homme, moitié poisson.

Notez que la statue monolithique « El Friale » dans Tiahuanaco, de la taille vers le bas, porte également un vêtement destiné à représenter des écailles de poisson, chacune sculpté d’une tête de poisson minuscule.
Une statue monolithique similaire a été trouvé, maintenant submergée, Place de Nevali Çori, en Anatolie (Turquie).

Les dogons et les étoiles de Sirius B

Une tribu africaine, les dogons, vit dans la république du Mali et a connu des informations précises sur le système d’étoile de Sirius depuis 3000-4000 ans. A la fin des années 1930, quatre prêtres Dogon ont partagé leur plus importante tradition secrète avec deux anthropologues français.

Par Michele Bugliaro Goggia – dernière mise à jour: 12 Avril, 2007 13:16

Une tribu africaine, les Dogon, vit dans la République du Mali et a connu des informations précises sur le système d’étoile Sirius depuis 3000-4000 ans. Les Dogon ont partagé leur tradition secret la plus importante, avec deux anthropologues français, Marcel Griaule (1898-1956) et Germaine Dieterlen (1903-1999) après avoir passé un apprentissage de 16 ans vivant avec la tribu. À la fin des années 1930, quatre anciens Dogon:

  • Manda D’Orosongo
  • Ongnonlou
  • Innekouzou
  • Yébéné

Les Dogons vivent dans un endroit appelé Bandiagara, dans ce qui est aujourd’hui la nation du Mali, entre la ville légendaire de Tombouctou et la ville de Ouagadougou. Bandiagara est assez isolé, bien que Tombouctou fût autrefois un centre commercial puissant sur les routes commerciales transsahariennes. Au début du XXe siècle, tous de cette région était devenue une possession française, connue comme l’Afrique occidentale française.

En 1966, Robert Temple, un membre de la Société royale d’astronomie et l’auteur de plusieurs livres, qui s’est passé à lire une partie du matériel Griaule sur Dogon cosmologie. En 1968, il a obtenu une traduction anglaise de Le Renard Pâle. Temple s’est intéressé à la question de savoir comment l’isolement Dogon aurait connu depuis des centaines d’années que Sirius, l’une des étoiles les plus brillantes dans le ciel, a un compagnon invisible : Sirius B.

Pô Tolo

Les mythes secrets déplacés autour de l’étoile Sirius, qui est à 8,6 années-lumière de la Terre. Ils ont publié un article pour le « Journal de la Société des Africanistes » en 1950, des rapports des plus profonds secrets de la tribu Dogon.

Selon eux, l’étoile la plus importante dans le ciel était « tolo po » (de Digitaria exilis, une usine avec la plus petite graine connue par la tribu), qui n’était pas visible et gravitait autour de Sirius elliptique en 50 ans et dont la rotation est d’une année. À l’époque, c’était encore inconnus et seulement une hypothèse, pour les astronomes.

« Tolo Po » est en fait Sirius B, une naine blanche. Découvert en 1970 par Lindenblad, la star est faite du métal lourd appelé « sagala ». Une troisième étoile appelée « Emme ya » est quatre fois plus légère que « tolo po » et a une trajectoire, également terminé en 50 ans. Il a un satellite. « Emme ya » étaient Sirius C. Enfin, en 1995, des astronomes français Daniel Benest et JL Duvent publié une étude en astronomie et en astrophysique, qui ont proposé que certaines perturbations semblaient exister dans le système de Sirius, qui pourrait s’expliquer par l’existence d’une troisième étoile dans le système. Ils ont proposé que ce troisième membre soit une petite étoile naine rouge qui serait Sirius C. Les Dogon savent aussi que les planètes gravitent autour d’un soleil, ils connaissent Jupiter, « dana tolo », a quatre lunes, l’anneau de Saturne et les trois types d’étoiles (encore étoile, planète, satellite).

Les Nommos

Il y a plus: Les revendications des Dogon, leurs connaissances leur a été donné par les dieux appelés Nommo. Selon la mythologie Dogon, Nommo a été le premier être vivant créé par Amma, le Dieu céleste et créateur de l’univers. Il s’est rapidement multiplié pour devenir six paires de jumeaux. Un jumeau s’est rebellé contre l’ordre établi par Amma, a déstabilisé l’univers. Afin de purifier le cosmos et de rétablir l’ordre, Amma a sacrifié un autre des Nommos, dont le corps a été découpé et dispersé à travers l’univers. Cette répartition des parties du corps du Nommo est considérée comme la source de la prolifération des sanctuaires Binou, dans toute la région Dogon.

L’aîné Dogon, Ogotemelli, les décrit diversement comme ayant la partie supérieure comme un homme et la partie inférieure de serpent ; ou comme ayant une tête de bélier à corps de serpent. L’auteur Robert Temple décrit le Nommo comme des êtres amphibies envoyés sur la Terre, du système d’étoile Sirius, pour le bénéfice de l’humanité. Ils ressemblent à des Ondins, Sirènes et Tritons. Ils sont appelé le Nommo « Maîtres de l’eau», «Les moniteurs », « Les enseignants ou éducateurs», «sauveurs», et «spirituelle Gardiens ». Vous remarquerez que l’Afrique est désertique : il ne pouvait pas être un écosystème idéal pour les créatures Nommos. En fait, les Dogon étaient de la Mésopotamie. Les anciens Egyptiens ont également été attirés par Sirius, fondant leur calendrier sur son mouvement annuel.

Vous avez remarqué les Dogon utilisent des mots différents, s’inspirant souvent. Pour Temple, le fait demeure que les Dogon savent des informations astronomiques nécessaires, des instruments de haute technologie de pointe. Ceci peut être expliqué de deux façons:

  • un patrimoine culturel précédent
  • une influence externe (humain ou aliène)

Où est la vérité?

Notes Sceptiques

Carl Sagan fait une question de ce que les Dogon ne savent pas. Sagan a demandé pourquoi les extraterrestres leur auraient parlé de seulement quatre des lunes de Jupiter, les anneaux de Saturne, mais rien de tout des planètes au-delà de Saturne. Il a suggéré que ces choses, avec Sirius B, c’était un visiteur européenne qui l’aurait dit aux Dogon, dans les années entre 1925 à 1935. Par conséquent, les Dogon doivent avoir obtenu leur connaissance de l’astronomie, des missionnaires ou des commerçants ou d’autres visiteurs dans la région, dans les années précédant Griaule. Sagan a affirmé que les Dogon ont simplement incorporé ces nouvelles connaissances, dans leurs croyances existantes sur Sirius A. Révérence pour Sirius A, l’étoile la plus brillante dans le ciel, n’était pas rare chez les peuples anciens, parce que son apparition dans le ciel de l’aube, signalé la proximité de l’été, avec des implications pour l’agriculture. Le problème est, les premiers missionnaires sont arrivés au Mali en 1949.

Si nous voulons être honnêtes, nous devons admettre que Sirius ne peut pas soutenir la vie. Aussi, pour les Dogon, Sirius a deux compagnons: un mâle et une femelle. Par conséquent, ils étaient des symboles de fertilité et non des étoiles ! Un plus : la «sagala » était, pour les Dogon, le métal le plus lourd : Sirius B était la plus petite naine blanche connue dans les années 1920. Le problème est, il y a des petits et plus denses naines blanches là-bas. « Sagala » n’est pas le métal lourd, alors.

Liens intéressants

Mais il y a plus : nous pouvons trouver d’autres liens culturels possibles avec Sirius et les Nommos. Tout d’abord, la zone la Syrie, puis les « sirènes » mythiques (les «sirènes»). A ce propos, il y a beaucoup de preuves historiques sur les créatures « moitié homme et moitié poisson ». D’autres se trouvent dans la culture grecque de la VI ° Age:

  • Néréo, père de 50 (Esiodo, Pintaro) ou 100 (Sophocle) Nereidi
  • Tifone, qui avait 50 têtes, plus tard, Poseidon
  • Skylla, qui avait une tête de chien et mangé les marins.

Skylla dérive de Skylax (« jeune chien »). Grecs appelaient le requin « skylion ». Sirius est l’étoile du chien, et ici, nous pouvons trouver la fonction d’amphibiens Oannes avec le Chien-Sirius. Oannes est un facteur clé. Pendant la journée, Oannes reste sur la surface entre les peuples, pour toute la nuit, il a dû aller à la mer pour survivre. Oannes, avec d’autres êtres semblables appelés Annedotus, est le créateur de la civilisation Babylonienne (Bérose). Plus tard, Oannes deviendra le Fish-Dieu pour les Philistins et rappelé Dagon ou Odacon. Apollodore a étudié les écrits de Bérosso et a souligné qu’Oannes n’était pas un demi-dieu, mais un semi-démon:

«À cette époque émergé de la mer Eritréo Oannes, le Musaurus Annedotus ».

Nous avons deux mots à traduire: « Musarus» signifie «abomination», «Annedotus » est « être répulsif ». Certainement un démon. Ce sont des gens claires ont été dégoûtés par ces êtres, s’ils étaient très sage et créé une civilisation sur Terre. Ont-ils été amphibiens ou ils portaient une peau-plongée salopette ? Nous ne savons pas, mais l’affaire est intrigante!

http://www.ufopsi.com/articles/dogon.html

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s